Pétales d'une vie...

13 octobre 2016

Dix années plus tard

Me voilà donc ici presque 10 ans plus tard. Les années ont passé et parfois je me demande si j'ai réellement changé. Avec les années j'ai peut-être acquis de la maturité mais je n'ai certes toujours pas acquis ce sentiment de sécurité. Je me cherche encore et toujours. Ma vie avait pourtant bien tourné ces derninères années, les études, l'amour, la carrière, la maison, la famille, etc. 

Je me suis réveillée soudainement angoissée. Le demain que j'envisageais ne me plaisait plus. Il me laissait terrifiée. Pourtant depuis ce réveil, plusieurs mois ont passé. Je suis du pareil au même. Je suis insatisfaite. Je me suis perdue en cours de route. J'aimerais savoir où est le croisé où j'ai simplement arrêter de m'écouter. J'aimerais savoir à partir de quel moment j'ai commencé à écouter ce qu'on me disait de faire, ce que la société me disait de faire, ce que la logique me disait de faire. Quel est le moment où mon instinct a pris la dérive, où il m'a quitté ? 

Je réécris 10 ans plus tard parce qu'ici j'avais ma place. En revenant dans le passé je comprends mieux ce que je cherchais. Comment aie-pu perdre la route complètement que je me traçais ? Qu'est-ce qui m'est arrivé ? Les responsabilités, la maturité, les amis, la famille ? À combien ces pressions sociales ont-elles droit de nous dire ce que nous sommes et où nous allons. À quel point faut-il suivre le troupeau parce que c'est plus facile et donc moins compliqué . . . 

Le plus effrayant lorsqu'on devient grand, c'est que la routine qui doit être chamboulé n'est que notre propre responsabilité. Autrement dit, je suis maître de mon destin. Il ne dépend plus de mon éducation, de mes parents. Il dépend de moi et de la façon de m'écouter. Il est temps que je prenne ma vie entre mes mains. Que je remettre ma vie à l'heure. 

Et c'est d'ailleurs le moment où jamais...

 

Posté par Katel13 à 02:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 avril 2007

http://rousselyne.canalblog.com/

Posté par Katel13 à 03:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2007

Heart breaker

Puis si j'aurais pu rendre cette courte durée
Plus loin que l'éternité
Je l'aurais fait
Parce que je t'aimais

Peut-être est-ce ce petit temps qui nous a rendu si parfaits ?
Mais peut-être était-ce pour vrai ?
Le temps nous laisse que rarement plus d'une chance
Mais j'espère que tu me refasses des avances

J'ai le coeur brisé
D'un amour à peine commencé
J'aurais voulu de tes caresses un peu plus longtemps
Mais je dois comprendre que c'est fini maintenant

Je croise ton regard qui n'est plus comme avant
Je ne suis qu'une amie à présent
J'ai le coeur brisé
Pour un homme qui ne sait pas comment m'aimer



Posté par Katel13 à 04:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 mars 2007

En fait

En fait, je sais pourquoi j'écris plus ici.
J'ai pris passion à écrire sur mon skyblog...
Même si les autres lisent.

http://rousselyne.skyblog.com/

Voici mon nouveau chez moi.

Posté par Katel13 à 04:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2007

J'écris plus ? Pourquoi ? Parce .
Je reviendrai.
Aucune inspiration, aucune émotion.
Non, je mens. J'ai des émotions. Enfin bon.

Posté par Katel13 à 00:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]


28 février 2007

Luff u

C'est étrange. Je sens rien de ce que tu pourrais m'apporter, la douceur de tes bras, et le rire de tes sourires. Mais je t'aime, c'est clair ? Toi seul dernièrement sait me rendre contente. Et depuis cet été, ton nom il ne quitte plus mes pensées. T'as peut-être peur, pas moi. Je m'engage en rien, mais j'ai pas peur. Je sais que la vie est douloureuse parfois, mais pour l'instant ça en vaut la peine. Ça vaut la peine parce que à chaque fois que je pense à toi, ça me réchauffe le coeur, je me sens bien. Ce sentiment que ne pourrai pas être plus heureuse ailleurs qu'en te parlant. Mais je sais, je suis jeune et sotte. Mais, je le sens tellement. C'est tellement beau à mes yeux que j'oublie tous les désavantages.

sjff_03_img1055


It's strange. I feel nothing from what I know you're able to give me, the sweetness of your arms, the laugh of your smiles. But I love you, it is clear ? These days, only you is able to make me happy. And since this summer, your name never left my thoughts. Maybe you're afraid, but I'm not. I don't want to get "engaged" by what I say, but I just wanted to mean I'm not afraid. I know life is rude sometimes, but for the moment it doesn't matter, you're so important to me. Yeah because each time I think of you, it feels so warm inside of my heart, I feel so good. When I talk to you, I have always have this feeling that I couldn't be happier. But I know, I'm young and stupid. But I feel it so much. It's so wonderful to my eyes that I forget all the inconveniences.

Luff u.

Posté par Katel13 à 03:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2007

Subjonctif

Que tu saches être réel
De tes actions qui ne peuvent être accomplies
Que tu m'amènes au septième ciel
Et que nos deux corps s'assemblent jusqu'au bout de la nuit

Que tu saches exister à mes côtés
M'appartenir au gré de ton désir
Et qu'il puisse se réaliser
Si forte la douceur de notre amour qui ne doit tenir

Et que je puisse t'habiter
Qu'enfin je fasse preuve de mes trois dimensions
Que mes défaults soient réalité
Que mes traits se concrétisent et enlève toutes traces de ton imagination

Que je sois réelle
Et
Que tu sois présent

Posté par Katel13 à 22:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]

20 février 2007

Vivre seule

J'ai jamais été seule, jamais. Ma mère a toujours été là, et puis bon dernièrement, c'est les vacances pour mes parents. Ils sont à Punta Cana, les chanceux. Et pis moi ? Ici, seule à la maison, pour la première fois de ma vie. En plus, ça tombe tellement mal. Juste des "bad lucks." Attendez, je vous raconte un peu.

Premièrement, vendredi soir, moi et Harvey avons décidé qu'il était temps de discuter. Donc il est venu me chercher, avec sa belle mazda 6 (Je suis en amour avec) et puis bon, il a roulé un peu trop vite, on roulé sur une bosse et chavirés. Je ne peux pas vous dire plus de détails, appart que quand j'ai ouvert les yeux j'étais en envers. Mon ami était sonné, il s'est seulement réveillé aujourd'hui d'ailleurs.

Deuxièmement, qui dit vivre seul, dit cuisine. J'ai jamais cuisiné pour moi-même. Enfin pas vraiment. Bref, j'ai mis le feu à une pizza. Génial. Mais au moins elle était mangeable.

Dernièrement, j'ai appris comment marchait une laveuse. Bon pour comprendre un peu et pas faire de gaffe, j'ai appelé la mère de mon amie. Elle celle-ci me dit "Elle est faite comment ta laveuse ?"  Et moi stupidement je répondis après avoir cogné sur la laveuse " En métal " Bon deux secondes après, j'ai quand même réalisé la stupidité de ma réponse. Mais au moins, on en a rit. Bon et puis après je vais sur msn, discuter avec un ami. J'apprends qu'il faut séparer le pâle du foncé... Herm. Bon disons que quand je vais avoir le temps je vais aller racheter des serviettes blanches à ma mère, je ne crois pas qu'elle aime le rose bébé.

Sinon, je m'en sors bien. Oui, j'ai encore quatres murs et un toit, ça peut pas être mieux.

zwf1010w

Posté par Katel13 à 03:31 - Commentaires [3] - Permalien [#]

14 février 2007

À qui comprendra

Je travaille comme une défoncée dernièrement. J'arrête plus. J'me donne à coeur à corriger mes erreurs, pis à m'rendre compte des choses.  J'essaie de refaire mes liens, d'aller reprendre ce que j'ai abandonné. Je touche beaucoup de gens, émotionnellement, j'en aide quelques un, et parfois j'en fais souffrir. J'accomplie des choses incroyables, je réussis ma vie. Bientôt, je travaillerai, aussi fort que certains, j'aurai une famille.

Et quand je mourrai ?

Plus rien. Que mon nom inscrit dans le journal, c'est tout.

Après tout, je n'aurai pas eu la vie d'Anna-Nicole Smith.  Ni la force de supporter sa poitrine non plus.

Posté par Katel13 à 23:14 - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 février 2007

Tort miséricorde.

Et il neige du sang sur ma peau
Et plus je vis, plus l'oxygène me gruge les os
Quand le temps passe, tort me coupe les veines
Le courant est la vie qui n'est pas mienne

Plus vite, et s'étranglent les pulsations de mon coeur
Encore aveugle, ainsi ma réalisation se meurt
Pardon m'arrache les lèvres
Et tort de mes intestins s'achève

Rancune s'arrache ses mots
Incomprise se coud à tes maux
Je reste pendue aux mots qui sont dans mon dos

Perdue de ton silence
Conciente de ton remplacement - Résonance
COUPABLE. Ô comme ce mot est immense.

Nature_012

Posté par Katel13 à 23:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]