Et il neige du sang sur ma peau
Et plus je vis, plus l'oxygène me gruge les os
Quand le temps passe, tort me coupe les veines
Le courant est la vie qui n'est pas mienne

Plus vite, et s'étranglent les pulsations de mon coeur
Encore aveugle, ainsi ma réalisation se meurt
Pardon m'arrache les lèvres
Et tort de mes intestins s'achève

Rancune s'arrache ses mots
Incomprise se coud à tes maux
Je reste pendue aux mots qui sont dans mon dos

Perdue de ton silence
Conciente de ton remplacement - Résonance
COUPABLE. Ô comme ce mot est immense.

Nature_012